Bingo pour une entreprise liégeoise

 

La société Splin emploie une trentaine de personnes - © splin.be

 

Publicité

 

Les plus populaires

 

Publié le lundi 14 avril 2014 à 09h36

 

La société Splin emploie une trentaine de personnes

 

C'est une petite révolution qui se prépare dans les cafés: une nouvelle législation sur les bingos entrera en vigueur dès l'an prochain. Et 2015, c'est demain, il faut donc commencer maintenant à adapter les bingos. Vous l'ignorez peut-être, mais c'est une firme liégeoise, la société Splin, qui fabrique l'essentiel des machines sur lesquelles vous jouez peut-être. Et elle s'attend donc à gonfler son chiffre d'affaires dans les mois qui viennent.

La société Splin emploie une trentaine de personnes. Elle fabrique des billards électroniques. Dans les débits de boissons belges, deux machines sur trois, voire plus, proviennent de ses ateliers. Ces derniers temps, elle a vu son carnet de commande rétrécir: crise, chômage, interdiction de fumer, les cafetiers souffrent.

La société Splin compte donc sur la nouvelle règlementation, qui entre en vigueur en janvier, pour retrouver son volume d'activités. C'est qu'il faut adapter les bingos. Ils vont devoir se munir d'un lecteur de carte d'identité, avec transmission de données à la seconde vers la commission des jeux de hasard pour s'assurer que des mineurs d'âge ne jouent pas. Il faut améliorer la protection de la vitre pour en détecter les ouvertures ou les mouvements suspects. Il faut encore changer les règles mathématiques du calcul des pertes. Tous ces changements ont pour but de limiter plus encore les tricheries, et donc de protéger les usagers.

La société Splin a réécrit des programmes, des logiciels, des protocoles. Sur 8 à 9000 appareils installés aux quatre coins du pays, elle en a produit près de 6000. La modernisation est donc un marché sur lequel elle mise beaucoup. Parce que le ralentissement du secteur du bingo s'observe à l'échelon européen. Seuls les Espagnols, actuellement, semblent échapper à ce fléchissement.

M. Gretry